Le Content Shock, la nouvelle opportunité des marketeurs ?

Compte tenu du sujet de cet article, nous avons envie de le démarrer en vous félicitant! Oui oui, vous! Bravo de prendre le temps de nous lire alors que l’infobésité, ce trop-plein d’informations qui pollue la toile et nos esprits, prend de plus en plus d’ampleur.

Une abondance devenant tellement considérable, qu’un blogueur et auteur américain du nom de Mark Schaefer avait parié sur le déclin de l’intérêt du contenu web pour les internautes, et par conséquent de l’efficacité d’une stratégie de content marketing pour les entreprises… Cette théorie du «Content Shock» est désormais une réalité, il existe heureusement des solutions pour y survivre et nous avons, nous aussi, notre petite idée!

Ce qu’il faut retenir de la théorie du Content Shock

Les spécialistes du marketing misent depuis plusieurs années sur la production de contenus, considérée comme un moyen de communication efficace et peu coûteux pour atteindre sa cible. Peu coûteux? Eh bien plus vraiment, justement.

Mark Schaefer se souvient, avec une pointe de nostalgie, du temps où cinq heures hebdomadaires consacrées à la création de contenu lui suffisaient à avoir une activité rentable. En partant du principe que son taux horaire était de 100 €, il investissait donc 500 € par semaine pour se créer de nouvelles opportunités professionnelles.

Ça, c’était en 2009. Cinq ans plus tard, Marc Schaefer estimait investir environ 1500 € par semaine.

Ce qui a changé? La concurrence est beaucoup plus ardue, la quantité de contenus web double tous les 9 à 24 mois. Alors que nous ne passions que deux heures par jour à consommer du contenu en 1920, ce temps est aujourd’hui estimé à 11 heures quotidiennes. Souvent gratuite et instantanée, l’information arrive à nous comme par magie, parfois même alors que nous ne la cherchons pas.

Pour conserver son lectorat et proposer des articles de qualité, Marc Schaefer a dû multiplier le temps qu’il consacrait à sa production de contenus. Qu’en sera-t-il dans 5 ans? Dans 10 ans? Marc Schaefer prévoit que le montant déboursé finira par dépasser celui gagné grâce à la création de contenus, qui ne sera alors plus une stratégie intelligente ni un levier de performance pour les entreprises.

La production de contenus croît de manière exponentielle. Notre capacité à les consommer ne peut suivre cette course effrénée. Nous avons tous une limite psychologique infranchissable. Nous ne pouvons pas absorber une telle quantité d’informations et même si tel état le cas, cela serait-il souhaitable?

En 2020, l’offre de contenus est nettement supérieure à la demande. L’internaute devient volatil, indécis. Il ne sait plus qui mérite son temps et sa confiance. Même des références du Content Marketing comme Buffer souffrent du Content Shock, ils reconnaissent dans un article avoir perdu 50 % de leur trafic en 12 mois… Alors comment fait-on pour se préparer au Content Shock?

4 bonnes pratiques pour survivre au Content Shock

Dissocier «brand content» et «content marketing» 

Le premier est associé à la publicité, car il vante les valeurs et l’histoire d’une entreprise. Le brand content est donc centré sur la marque, tandis que le content marketing se focalise sur les besoins du consommateur. On ne va plus seulement lui raconter une belle histoire grâce aux techniques de storytelling, on va lui apporter des informations qui l’intéresseront et lui seront utiles.

Faire passer la qualité avant la quantité

«Rien ne sert de courir, il faut partir à point!»

Votre lectorat appréciera mieux 5 articles ciblés et réfléchis que 10 articles destinés principalement au référencement. Vous devez pour cela connaître vos personas sur le bout des doigts afin de publier du contenu qui répond réellement à leurs questions et besoins.

Amplifier son contenu

Une étude publiée BuzzSumo montre que 50 % des articles publiés sont partagés moins de 8 fois. Publier du contenu de qualité ne suffit plus, vous devez également mettre en place une stratégie pour que votre audience le découvre.

Créer un lien avec son audience

Une audience est une communauté qu’il faut animer et fédérer. Le contenu de votre marque doit primer par rapport à celui d’autres marques, vous devez devenir une référence pour votre audience.

Et pour attirer l’attention et se différencier, rien ne vaut l’originalité! Vous pouvez par exemple envoyer des messages personnalisés aux nouveaux venus ou à vos lecteurs les plus fidèles. Le Direct Mail, l’envoi de petits cadeaux physiques aux destinataires de votre choix, est un allié puissant dans cette quête d’originalité et de personnalisation !

Du jour au lendemain, ces derniers ont dû s’organiser pour assurer la continuité de leur activité en travaillant depuis chez eux, dans des conditions parfois compliquées.

Pour certains, troquer la tranquillité du bureau contre un appartement pas forcément bien grand ou envahi d’enfants, fut un véritable challenge. Ils n’ont pas eu d’autre choix que de relever.

Alors cette année, il est peut-être plus important que jamais de les remercier pour leur engagement. On vous aide à réfléchir à des moyens sûrs de leur faire plaisir

 

LIVRE BLANC

Les atouts du Gifting en BtoB

Le Gifting a le pouvoir de créer et de renforcer des liens avec vos prospects et clients les plus précieux, avec des taux de réponse élevés pour un investissement relativement faible.

Dans notre livre, découvrez pourquoi l’ajouter à votre stratégie multi-canal, et comment mettre en place une campagne de Direct mail à haut ROI.

Ces articles pourraient vous intéresser